ATELIER BARBARA GODEFROY CERAMICS

TECHNIQUES DE FABRICATION DE LA CÉRAMIQUE

Les bijoux sont le plus souvent exécutés en porcelaine, terre plus blanche et précieuse, au grain fin ; mais j’aime aussi façonner un grès noir, parfois chamotté, dont l’aspect brut tranche avec la feuille d’or. Les broches et les boucles d’oreilles sont travaillées à la plaque, les perles par modelage.

 

Pour les pièces utilitaires ou décorative, je privilégie une terre de grès blanc lisse, travaillées au tour ou à la plaque.

Toutes les pièces, de grès et de porcelaine subissent, après séchage, une première cuisson à 980 °C. Vient ensuite le temps de l’émaillage ; il équivaut le plus souvent pour moi à la pose d’une couverte transparente brillante ou satinée qui révélera les couleurs des engobes. Enfin, une seconde cuisson de haute température à 1 280 °C rendra les pièces imperméables, solides.

Barbara_Godefroy_Ceramics Atelier.jpg
Barbara_Godefroy_Ceramics Fabrication.jp

EMPREINTES ET DÉCORS

J’adore chiner ; mes années passées chez Emmaüs ont durablement renforcé cette attirance. Je chine des tampons, des matrices diverses, des objets métalliques et des verreries pour composer des décors dans la terre.

J’incise la terre crue, je forme des ornements en creux, paysages graphiques ou imaginaires. Ces entrelacs sont ensuite remplis par des engobes colorés, lesquels contrastent avec la nuance de la terre selon la technique du Mishima. Après séchage, je gratte le surplus et fais ainsi apparaître les motifs et le décor.

Je peux aussi intervenir avec les engobes directement sur la pièce, tel un peintre sur sa toile. J’utilise alors des rouleaux et des pinceaux pour dessiner sur la surface de la terre crue.

LA RÉVÉLATION DE LA FEUILLE D’OR

Les coquillages, bouts de verre polis par l’océan,  cailloux érodés par le vent, miettes de métaux rouillés ramassés dans les rues de Paris peuvent être la base d’un bijou. J’aime créer avec ces rebuts oubliés auxquels je donne une nouvelle vie.

Je pose la feuille d’or 22 carats selon la technique du vernis gras sur les pièces déjà émaillées et cuites. Ce travail est exécuté avec les outils spécifiques du doreur : le coussin, la palette, l’appuyeux, le couteau, le rondin. Il demande précision, dextérité et patience.

 

La feuille d’or contrebalance la simplicité de la terre en apportant un éclat mat et lumineux à mes créations, ainsi qu’une touche de précieux aux éléments naturels.

Barbara_Godefroy_Ceramics Dorure.jpg