GALERIE

Comme les rides d’un visage fané dévoilent le chemin d’une vie, les joies et les peines, j’aime les matières et les lieux qui affichent la marque d’une fragile éternité. La peinture qui s’écaille sur un mur ou la lézarde courant sur une ruine ; la rouille qui recouvre les outils oubliés dans des granges reculées ; l’abandon apparent de carreaux d’usines ou de chantiers désaffectés m'émeuvent.

La nature également participe de ma créativité ; m’émerveiller des multiples dessins quasi figuratifs que l’écorce trace sur le tronc des arbres ; le long des rivières ou sur le bord de mer, m’étonner de l’aspect de certaines pierres à force d’avoir été culbutées par l’eau ou le vent ; glaner des coquillages, avec leurs formes et leurs couleurs inégalables.